Des temps les plus reculé à la Réformation

Le style actuel de l'Eglise de Coffrane, comparé à celui de plus anciens édifices du Val-de-Ruz, Engollon par exemple (XIème siècle), pourrait laisser penser que la Paroisse de Coffrane s'est constituée beaucoup plus tard. Que l'on se détrompe ! En 1092, un seigneur, nommé Humbert déclare : "Je joins à cette donation l'église de Cusfrano avec tout ce qui en dépend excepté un sens de deux sols que doit y percevoir l'église Saint-Etienne de Bevaix"

Le prieur de Bevaix gérait l'église de Coffrane, en tirait des revenus et la faisait desservir "par le curé de Corcelles ou quelque moine de prieuré qui y allait dire la messe et y faire les fonctions ecclésiastiques nécessaires".

C'est donc au XIème siècle, en tous cas, que nous pouvons faire remonter l'existence d'une paroisse et d'un lieu de culte à Coffrane. A notre connaissance, il ne reste aujourd'hui aucune trace de la chapelle primitive. Elle se trouvait très vraisemblablement à l'emplacement du temple actuel.

A cette époque et jusqu'en 1838, la paroisse de Coffrane dépendait de Corcelles et regroupait déjà les villages de Coffrane, des Geneveys-sur-Coffrane et de Montmollin. Une tradition non confirmée fair remonter la fondation des Geneveys-sur-Coffrane à 1291. Quarante-cinq familles de Genève ruinées par un incendie seraient venu chercher meilleure fortune dans le Val-de-Ruz. Il est en revanche certifié qu'une famille Geneveis était établie au Geneveys-sur-Coffrane au XIVème siècle.

L'existence actuelle de la "Paroisse civile" (commission politique regroupant des délégués des trois communes de la paroisse) rappelle cette union séculaire des trois villages. Un acte de Jean d'Arberg, seigneur de Valangin délimite une communauté générale pour les trois villages, le 6 novembre 1486. La constitution de trois communes distinctes ne remonte qu'au siècle passé.


1453

Chute de Constantinople, fin du moyen-âge. Sans lien avec ce tournant décisif de l'histoire de l'Occident, le jeudi 2 août 1453, Coffrane fut gratifié de la visite des représentants de l'Evêque de Lausanne, dont Neuchâtel dépendait. Voici reproduit textuellement le procès verbal de cette visite :

"Jeudi 2 août 1453. On conserve dans cette chapelle le corps de Christ; elle a des fonts baptismaux et un cimetière. On fera un ciboire et le luminaire ardera nuit et jour devant l'autel; la fenêtre du chancel sera agrandie, afin que l'autel soit mieux éclairé; le chancel sera dallé et reblanchi; on aura trois ampoules pour le chrême et les autres huiles; la grande arche de la nef sera déplacée et l'on y mettra plus d'objets profanes. Il sera fait un bénitier pour la nef."

Commentaire

L'imagination aidant, le lecteur pourra essayer de se faire une vague image de la chapelle de Coffrane au XVème siècle. Quelques explications des termes :


Dernière modification le 17.03.2000 23:17 par G.Vuille