Version en

EMAI, école primaire de Coffrane,
une passerelle entre
l'école, la collectivité et l'économie

Ce projet a été développé par un couple d’enseignants de l’école primaire de Coffrane, Mme Corinne et M. Claude-Alain Rudolf, assisté de M. Jean-Philippe Rudolf, économiste consultant, qui travaille actuellement au Centre européen d'éducation permanente (CEDEP- INSEAD) à Fontainebleau.

Nous avons bénéficié des conseils avisés de Monsieur le Professeur Claude Michaud, professeur d'économie à l'INSEAD, Directeur général du CEDEP à Fontainebleau.
Lisez la conférence  du 18 juin 1998 à l'occasion de la présentation officielle du projet.

Le projet est soutenu par le Service de l'Enseignement primaire et le Service de traitement de l'information du canton de Neuchâtel, par la commune de Coffrane, par la Chambre neuchâteloise du commerce et de l'industrie (CNCI) et par diverses entreprises de la région. 

L'Espace Multimédi@ d'Apprentissages Interactifs (EMAI) de l'école primaire de Coffrane permet non seulement l'introduction de l'informatique à l'école primaire, mais c'est également:

 

Projet d'établissement

Ce projet a pour cadre Coffrane, petit village agricole du Val-de-Ruz comptant environ 660 habitants, situé à mi-chemin entre les villes de Neuchâtel et de La Chaux-de-Fonds.

Interrogations

Voilà quelques-unes des questions qui ont nourri notre réflexion depuis deux ans environ:

Problèmes identifiés

Nous nous sommes basés sur l'étude publiée en 1996 par l'Institut Romand de Recherches et de Documentations Pédagogiques (IRDP) intitulée: " INFORMATIQUE SCOLAIRE: 10 ANS D'EXPERIENCES "

Cette étude menée sur les 6 cantons romands plus les cantons de Berne et du Tessin, montre la répartition des difficultés les plus importantes liées à l'utilisation d'ordinateurs en classe:

Premier problème: le manque de temps
Deuxième problème: trop d'élèves lors de la phase d'introduction à l'informatique
Troisième problème: un nombre insuffisant d'ordinateurs

Le quatrième problème est lié à la gestion de la classe et le cinquième est la mauvaise conception didactique de l'activité.

Nous constatons que les trois premières difficultés sont d'ordre organisationnel. Notre réflexion a porté sur la recherche de solutions à ces trois problèmes.

Solution informatique  

Nous avons équipé une salle de classe en matériel multimédi@ performant. Les machines sont connectées au réseau pédagogique mis en place par le Service de traitement de l'information (STI) cantonal et sur Internet. A terme, le réseau pédagogique reliera tous les établissements scolaires du canton.

La salle est constituée de 12 ordinateurs, d'un serveur et de périphériques tels que: imprimante couleur, imprimante laser, scanner, copieur, projecteur de données etc...

Ergonomie des places de travail

La salle accueillant des élèves  et des adultes, nous avons développé une solution ergonomique pour améliorer le confort de chaque utilisateur.

La problématique liée à la vision (rapport œil - écran; intensité de la lumière ambiante) a été traitée en collaboration avec Monsieur Jean-Jacques MEYER, dr ès sciences, responsable du laboratoire d'ergonomie de la vision de l'IST, l'Institut universitaire romand de Santé au Travail situé à Lausanne.

Table

Nous avons mandaté l'atelier d'architecture MH DESIGN à Cortaillod pour développer une table multimédi@ répondant au cahier des charges que nous avions défini. A savoir:

Siège

Luminaires

Sol

 

salle EMAI.JPG (37830 octets)      

 

Tout cela peut paraître fort intéressant mais l'expérience industrielle a démontré qu’il ne suffisait pas de mettre simplement de belles machines dans les ateliers pour que le travail s’améliore de manière significative.   

Nous pensons qu ’il en va de même pour l'utilisation des ordinateurs à l'école primaire. Aussi, proposons-nous une solution organisationnelle touchant l'ensemble des enseignants du collège afin d'optimiser le travail avec ce nouveau matériel.

         Solution organisationnelle

La création de l'espace multimédi@ permet la mise en place d'une organisation tournante au niveau de tous les enseignants du collège.

M. C.-A. Rudolf est chargé en qualité "d'animateur multimédi@" de guider les premiers pas des utilisateurs. Son rôle est de favoriser les premiers apprentissages des élèves et des collègues. Ensuite, chaque collègue peut conduire un ou plusieurs atelier(s) avec les élèves de sa classe ou avec des groupes d'élèves de plusieurs classes. Dans ce cas, l'animateur multimédi@ reprend sa fonction d'enseignant en remplaçant son collègue.

Avantage d'une telle structure: chaque enseignant peut travailler ponctuellement avec des élèves provenant de l'école enfantine et des cinq degrés de l'école primaire. La cohésion du "groupe des enseignants" du collège peut s'en trouver renforcée.

Apports pour les élèves:

Apports pour les collègues:

A nos yeux, il est important de dispenser - dans le cadre du programme officiel - un enseignement ouvert, interactif et évolutif " allant au-delà de la simple accumulation de connaissances et d'outils techniques " (Michaud, 1995).

Stratégie de partenariat

Une telle réalisation coûte bien évidemment très cher. Seuls, nous n ’aurions pas pu la réaliser.

Nous avons trouvé la solution en proposant un partenariat multi-acteurs regroupant des intervenants du secteur  privé et d'autres du secteur public.

Les trois partenaires:

C'est la mise en commun des ressources spécifiques à chacun des partenaires qui a permis la réalisation du projet. Le bénéfice: la communication qui s’établit entre eux.

emai (2).gif (3208 octets)

EMAI-Concept est une passerelle entres trois mondes:
l'école, la collectivité locale et l'économie

 

Financement, utilisation et gestion partagés

Un financement partagé

Voici les apports de chacun des partenaires:

Service de l'enseignement primaire:

Commune de Coffrane:

Auteurs du projet:

Une utilisation partagée

Volonté d'ouverture à des utilisateurs externes à l'école: les parents d'élèves, les autorités scolaires, la population du village et les entreprises locales.

Cette ouverture vers l'extérieur est motivée par la nécessité de trouver une logique économique nous permettant de renouveler le matériel au fil du temps. En effet, les auteurs du projet ne vont pas, à coup sûr, gagner un prix de 50.000 francs chaque année !

L'école finissant chez nous au plus tard à 15h45, cela nous laisse du temps pour louer notre infrastructure à d'autres utilisateurs. Il en va de même pour la journée du samedi et pour les périodes de vacances.

Une gestion partagée

Nous avons constitué deux comités de pilotage:

Les comités sont constitués de représentants de chaque partenaire et sont chargés de:

Attentes et espoirs

La structure mise en place devrait permettre la création d'une communauté d'apprentissage pour stimuler les échanges de connaissances pratiques, de compétences et d'informations  au sein de notre petit village.

Elèves

Il s ’agira pour eux de:

Collègues

Il s ’agira pour eux:

Autorités scolaires

Les autorités scolaires pourront utiliser cette salle pour:

Collectivités locales

Entreprises

A court terme:

  A moyen terme:

A long terme:

Nous vous remercions de votre intérêt pour cette réalisation et restons bien volontiers à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

message.gif (2262 octets)

© 3Ru, août 99


Retour Concept