L'Azuré des paluds:
Maculinea nausithouse
 

 

Petit papillon relativement insignifiant; l'une des 47 variétés d'Azurés vivant en Europe, lié à la sanguisorbe officinale et à la présence d'une espèce de fourmi rouge (Myrmica rubra). Ce petit Lepidoptère, très rare partout ailleurs en Suisse se trouve être assez abondant au Val-de-Ruz où, de Coffrane à Dombresson, les berges des petits ruisselets aboutissant au Seyon, offrent des microbiotopes favorables à la sanguisorbe officinale; microbiotopes d'importance nationale, malgré leur petite surface et qui doivent, par conséquent, être impérativement conservés, voire augmentés.

    Développement

De juin à août, les oeufs sont pondus dans les grands capitules terminaux de la sanguisorbe officinale dont la petite chenille se nourrit dès l'éclosion. Après sa troisième mue, elle se laisse tomber au sol attendant le passage d'une fourmi (Myrmica rubra) qui la transporte dans son nid. Dès lors, elle ne se nourrit que de larves de fourmis. Tolérée par ses hôtes auxquelles elle distille, goutte après goutte une solution aqueuse sucrée, dont ils sont friands.

Fin mai de l'année suivante, dans le solarium situé très près de la surface de la fourmilière, elle se transforme en chrysalide de laquelle l'adulte sortira à l'air libre. Cette dernière phase est des plus délicates, le papillon naissant, et non encore totalement développé, n'est plus protégé par ses phéromones et peut devenir une proie de choix pour les fourmis.

Ce développement complexe et peu fréquent justifie à lui seul tout l'intérêt que les entomologistes portent à notre Azuré des paluds.
 


    Pour en savoir plus:

Les papillons de jour et leurs biotopes, nb. auteurs, Ligue suisse pour la protection de la nature ISBN 3-85587 402 0, 1987